Déterminants de la santé mentale

Selon la recherche sur la santé mentale, les trois déterminants de la santé mentale les plus importants sont la sécurité économique, l’inclusion sociale et l’absence de discrimination et de violence. .

Sécurité économique

L’accès à des ressources économiques, telles qu’un logement, une éducation, un emploi et un revenu, protège et favorise la santé mentale et le bien-être, car cela a un impact sur nos liens sociaux, sur notre sentiment de compétence et de contrôle sur notre vie ainsi que sur notre statut socio-économique. Sans sécurité économique, on ne peut pas obtenir un logement convenable, des aliments sains, des vêtements, des services de transport et plusieurs autres choses nécessaires pour être en santé.

Lorsque nous sommes incapables de subvenir à nos besoins fondamentaux, notre niveau de stress augmente jusqu’au point où nous avons de la difficulté à participer pleinement à la vie de la communauté ainsi qu’aux activités qui nous intéressent. Si nous avons assez d’argent, nous pouvons subvenir à nos besoins fondamentaux, et saisir les occasions d’enrichir notre vie et celle de notre communauté, d’établir des liens sociaux et de faire partie intégrale de la communauté. Certaines approches qui ont été démontrées comme pouvant réduire les inégalités incluent des programmes pour améliorer les niveaux d’alphabétisation des adultes, pour fournir des services de qualité de garderie, de préparation à l’emploi, et de réhabilitation des logements sociaux.

Inclusion sociale

L’inclusion sociale est un facteur essentiel à notre santé mentale. L’inclusion sociale nous permet de ressentir un sentiment d’appartenance, de nous sentir valorisés et respectés, d’être actifs dans notre communauté et de tirer part de ce que notre communauté a à nous offrir.

Il y a trois principaux volets à l’inclusion sociale. Le premier volet est constitué des liens sociaux que nous établissons. Par exemple, les liens que nous avons noués avec les membres de notre famille, les amis, les enseignants et les travailleurs auprès des jeunes. Ces liens sociaux contribuent à nous donner un sentiment d’appartenance et renforcent le sentiment que notre vie a un sens. Nous pouvons mieux nous adapter au stress et aux défis auxquels nous sommes confrontés si nous avons un réseau de personnes qui se soucient de nous. Nous pouvons demander du soutien aux gens de notre réseau afin de nous aider à régler nos problèmes. Lorsque nous avons besoin d’aide additionnelle, les gens faisant partie de notre réseau peuvent nous aider à trouver et à entrer en contact avec les ressources et les soutiens sociaux disponibles dans notre communauté. À l’opposé, l’isolement social peut avoir un effet négatif sur notre santé mentale.

Le second volet est notre capital social. Celui-ci comprend les ressources offertes aux particuliers et à l’ensemble de la communauté par l’entremise de réseaux et de liens sociaux. Cela favorise un sentiment d’appartenance au quartier, de confiance mutuelle, de valeurs communes et de coopération parmi les membres du réseau. Il peut s’agir de ressources culturelles (p. ex., bibliothèques, écoles, centres communautaires) ou de programmes ou services de soutien (programmes d’activités parascolaires, centres jeunesse, centres de santé destinés aux jeunes). Les ressources économiques telles que les emplois pour les jeunes et les jardins communautaires qui nous nourrissent ainsi que les ressources sociales comme les arrangements informels pris par les membres de la communauté pour s’entraider font également partie du capital social. En général, les communautés dynamiques et résilientes possèdent un vaste capital social et l’utilisent pour soutenir leurs membres.

Le troisième volet de l’inclusion sociale est composé de l’engagement civique et de la participation des citoyens. L’engagement civique renvoie aux efforts déployés afin de régler les problèmes auxquels la communauté est confrontée, ou pour inciter les changements. La participation, quant à elle, réfère à la participation à des activités sociales et de loisirs, telles que les équipes sportives, les programmes culturels, les groupes confessionnels, et les groupes de jeunes. L’engagement civique et la participation nous permettent d’établir des liens avec autrui, d’accroître notre capital social et nous procurent le sentiment que nous apportons une contribution à notre communauté.

Ces trois volets de l’inclusion sociale sont susceptibles d’être présents dans les communautés où les gens se respectent et s’apprécient, et sont engagées à ce que tous puissent mener des vies pleines et enrichissantes, sans égard à des facteurs tels que le sexe, l’origine ethnique, la capacité physique ou mentale, l’orientation sexuelle, la taille ou le poids, et le revenu.

Absence de discrimination et de violence

Nous sommes plus susceptibles d’être heureux, en santé et en sécurité lorsque nous avons l’impression d’exercer un contrôle sur notre vie et faisons partie d’une communauté qui reconnaît l’importance de la diversité et où nous nous sentons en sécurité. Malheureusement, des personnes et des groupes de personnes ne sont pas traités équitablement en Ontario ou ne sont pas acceptés, appréciés et respectés. De plus, certaines personnes font faces à des actes de violence comme l’intimidation, les mauvais traitements infligés aux enfants, la négligence et la violence conjugale.

Dans bien des cas, les préjugés augmentent le niveau de risque pour certaines personnes qui sont victimes de discrimination et de violence. Les préjugés sont les attitudes négatives et les stéréotypes diriger contre un groupe de personnes. En Ontario, les préjugés et la discrimination peuvent être fondés sur le sexe, l’identité sexuelle, l’origine ethnique, les capacités et l’état de santé mentale. Les personnes qui font l’objet de préjugés et de discrimination peuvent avoir de la difficulté à se sentir bien dans leur peau, à éprouver un sentiment d’appartenance, à participer à la vie de leur communauté, à accéder aux services et à saisir les occasions qui s’offrent. Certaines personnes manifestent leurs préjugés en excluant d’autres personnes, en tenant des propos méchants ou en leur causant des blessures physiques.

Voir la section « Outils tools » pour plus de renseignements.