Facteurs de protection et facteurs de risque

En plus de nous aider à comprendre ce qu’est la résilience, le Resilience Research Centre de l’université Dalhousie a déterminé des facteurs pouvant avoir des effets négatifs ou positifs sur la santé et le bien-être des jeunes. Ces facteurs cernent la trajectoire de développement que suivent les jeunes pour passer à l’âge adulte. Ces facteurs sont appelés facteurs de protection et facteurs de risque.

Les facteurs de protection accroissent la chance – ou la probabilité – qu’un jeune soit résilient et en santé, qu’il se sente bien dans sa peau et qu’il suive une trajectoire de développement positive à mesure qu’il passera de l’adolescence à l’âge adulte. Les facteurs de risque réduisent les chances que cela se produise. Les facteurs de protection et de risque comprennent les ressources et les caractéristiques présentes à divers niveaux. Ils comprennent l’environnement dans lequel les jeunes vivent leur vie de tous les jours – comme le milieu familial et scolaire – et les conditions générales qui affectent cet environnement.

Les effets des facteurs de risque et de protection sont cumulatifs. Plus il y a de facteurs de protection, meilleures sont les chances qu’un jeune soit résilient et en santé. Inversement, plus il y a de facteurs de risque, moins bonnes sont les chances qu’il soit résilient et en santé. Lorsqu’un jeune est résilient, cela ne signifie pas qu’il n’y a aucun facteur de risque dans sa vie, mais plutôt que les facteurs de protection le protègent contre les effets négatifs des facteurs de risque.

Les effets des facteurs de protection et de risque sur la résilience, la santé et le développement global d’un jeune ne sont pas garantis. Comme c’est le cas pour bien d’autres aspects de la vie, il n’y a pas de formule précise permettant d’accroître la résilience et de favoriser la santé et le développement positif des jeunes. Certains jeunes confrontés à un grand nombre de facteurs de risque sont résilients et en bonne santé tandis que d’autres bénéficiant de plusieurs facteurs de protection et ayant peu de facteurs de risque dans leur vie ne sont pas résilients ni en bonne santé. De plus, le niveau de résilience peut varier entre les membres d’une même famille et entre les jeunes dont les circonstances personnelles sont semblables. C’est pour cette raison que nous pouvons uniquement parler des facteurs qui accroissent ou réduisent la « probabilité » qu’un jeune soit résilient et en santé.

Visitez la section « Favoriser la résilience » pour en apprendre davantage sur les facteurs de protection.